A croire qu’ils sont soit rares, soit invisibles. A première vue, les gentils ne remplissent pas nos open spaces, ou plutôt ils n’avancent pas à visage découvert de peur de se faire écarter.

Lire l’article complet sur : start.lesechos.fr