Le groupe veut imposer une présence au bureau trois jours par semaine à partir de septembre. Mais la décision déplaît à certains salariés qui ont pris goût au télétravail et comptent bien faire entendre leur voix.

Lire l’article complet sur : www.latribune.fr