Et si on réinterrogeait les pratiques en entreprise sous l’angle de la priorisation ? Et si le fait de supprimer l’inutile au travail constituait une démarche prioritaire, qualifiée de minimalisme en management ?

Lire l’article complet sur : www.forbes.fr